mardi, juin 29, 2010

Moi dit Dieu, je suis un Dieu qui apprend


Moi dit Dieu, je suis un Dieu qui apprend.

Quand j’ai créé l’homme j’ai mis en lui du minéral parce que le minéral c’est la durée, l’éternité, j’ai mis du végétal, parce que le végétal c’est la beauté, c’est l’abondance, j’ai mis de l’animal parce que c’est la souplesse, c’est la capacité à travailler ensemble, et j’ai mis de l’Amour qui est en moi, parce que cela c’est ma marque à moi.

Je lui avais donné juste une seule règle, parce que je savais bien que même à mon image et à ma ressemblance il n’était pas armé pour savoir ce qu’est le bon et le mauvais et que décider de ce qui est bien et mal, c’est trop difficile. Bien sur je comptais le lui apprendre mais je savais que certaines décisions conduisent à la mort et cela je ne le voulais pas. Je voulais qu’il prenne le temps, je voulais qu’il me laisse être le maître puisque je le suis.

Seulement je ne savais pas que le minéral cela donnait la dureté du cœur, que le végétal cela donnait l’insatisfaction permanente de l’éphémère, que l’animal cela donnait la cruauté, le désir de vaincre l’autre, de lui prendre son territoire, et tout ce qui lui appartient pour le dévorer, et même l’amour que j’avais mis je ne savais pas qu’il allait donner la jalousie, l’envie, la destruction.

Alors j’ai du me rendre à l’évidence, il voulait prendre ma place, il voulait être Moi. Alors j’ai dû le mettre ailleurs, le mettre dehors en espérant qu’il comprendrait, qu’il apprendrait.

Maintenant je dois reconnaître que la planète sur laquelle il se trouve n’est pas une planète facile et que pour vivre, voire survivre, il a bien dû se servir de la partie animale de lui-même, mais j’ai quand même mis en lui mon amour.

Et j’ai dû au fil des siècles en constatant qu’il ne changeait pas beaucoup trouver des moyens pour qu’il laisse grandir en lui l’amour, pour qu’il devienne pleinement humain, à mon image et à ma ressemblance.

Je suis un Dieu inventif, ce qui est normal pour un créateur, je suis un Dieu qui apprend, je suis un Dieu qui cherche.

Au début, je l’ai laissé agir à sa guise et je me suis rendu compte que le meurtre était pour lui normal. Qu’il voulait dominer et aussi faire comme si Je n’existais pas. Alors cet humain, celui qui était cette partie de moi qui ne se laissait pas concilier, dans un mouvement de colère j’ai eu envie de la détruire, mais comme j’avais créé une très belle terre, je ne voulais pas qu’elle soit vide alors j’ai laissé la vie à un homme Noé. Et après avoir nettoyé la terre de cette vermine, j’ai décidé de donner des règles pour que la vie en société soit possible, puisque l’homme n’était pas capable de s’en donner lui même .

Mais ça n’a pas été magnifique comme résultat. Alors j’ai voulu faire autre chose. J’ai choisi un homme Abraham et comme j’avais compris que ce qui motive l’humain c’est son désir de perdurer et d’avoir une terre à lui (peut être pour y reposer après sa mort et pour la transmettre à ses enfants), j’ai pris cet homme dont la femme ne lui avait pas donné de descendance et je lui ai promis s’il faisait alliance avec moi, c’est à dire s’il tenait compte de Moi dans sa vie, de lui donner des fils et une terre.
Je lui ai aussi fait comprendre que le Mal je l’avais en horreur et que parfois je devais faire des gestes cruels pour l’éradiquer. C’est ce que j’ai fait à Sodome.

Je me suis alors rendu compte que pour l’humain, chaque fois qu’il y avait un catastrophe, il se l’expliquait comme une vengeance de ma part. Il se demandait ce qu’il avait bien pu faire pour que je cesse de le protéger, et il s’imaginait que le seul moyen de retrouver ma protection était de faire amende honorable mais aussi de m’offrir des sacrifices.

Il a commencé à croire que j’étais un Dieu de colère et de vengeance et qu’il fallait pour se réconcilier avec Moi, m’offrir plein de choses; Moi je ne demandais qu’une seule chose, qu’il tourne son cœur vers Moi et qu’il change. Mais offrir un sacrifice c’est bien plus facile que de changer son cœur. Changer son cœur ils appellent cela la conversion. Changer son cœur c’est faire de la place à l’amour, c’est me regarder Moi, c’est se demander ce que Moi j’attends, c’est aussi se demander ce que les autres attendent.

En fait mon idée, c’était de me créer un peuple qui aurait de Moi une autre conception que celle que les autres peuples avaient du divin et qui peu à peu me révéleraient au monde.

L’histoire de ce peuple vous la connaissez, elle est écrite dans ce que vous appeler la Bible. C’est une histoire avec des bas et des hauts. La difficulté c’est l’intelligence de l’homme, elle aussi est en devenir et que des interprétations erronées ont été faites de ma manière d’agir. Ils ont pensé que j’étais comme eux, que c’était moi qui étais à leur image et non eux à la mienne.
Ils se sont créés une espèce de chape qu’ils ont appelé le péché. Et ils ont imaginé que tout manquement provoquait ma colère et que ma colère provoquait des catastrophes. Alors je suis rentré dans leur jeu et c’est pour cela que je dis que je suis un Dieu qui apprend. J’ai provoqué des catastrophes telles que l’exil pour qu’ils comprennent qu'on ne joue pas avec Moi, qu'ils réfléchissent, qu'ils pensent autrement, et qu'ils découvrent surtout que si Je les puisque je les ai ramenés dans leur terre, c'est que c’est leur vie que je désire .

Pour leur faire comprendre une fois pour toutes que ce qui m’importait c’était non pas la réconciliation mais une sorte de conciliation entre eux et moi, car ils sont partie de moi, j’ai dû envoyer Jésus. Peut être que là ils comprendraient enfin qu’un Père c’est celui qui donne la vie, mais aussi celui qui accepte que son propre fils se meure d’amour.

Et pour faire pleine mesure je leur ai donné mon esprit pour qu’ils rentrent dans ma Joie de créateur, mais là encore ce n’a pas suffi. Ils continuent à vouloir se réconcilier avec moi, alors que ce que je désire c’est juste leur Amour ; Quand donc apprendront ils que Je ne suis pas celui qu’ils veulent que je sois, mais que Je suis celui qui Suis ?

3 commentaires:

Auteure anonyme a dit…

Quelle paix, avec toi un petit coin pour croire encore que lorsque l'on me demande ma devise et que je réponds : Aimer d'un amour total et désintéressé, ce n'est pas désuet.

Giboulee, a dit…

merci à toi, parce que après coup je me suis trouvée un peu gonflée de parler à la place du Tr§s haut (ou du très bas)/

Bisous

Anonyme a dit…

"Quand donc apprendront ils que Je ne suis pas celui qu’ils veulent que je sois, mais que Je suis celui qui Suis ?
Merci d'avoir écrit cela ! Cette petite phrase résume tout et elle apporte LA réponse à toutes nos questions. Merci !

FC