lundi, octobre 31, 2011

Quel drôle de Dieu: impertinence

Nous sommes dans la lecture de l'épître aux Romains. Au chapitre 11, au verset 32 on peut lire: "Dieu, en effet, a enfermé tous les hommes dans la désobéissance pour faire miséricorde à tous les hommes". 


Admettons que j'ai fait des études de médecine et que je sois un chirurgien orthopédique renommé. Vais-je casser les jambes de mes enfants pour qu'ils puissent reconnaître que je suis un excellent chirurgien? 


Il me semble que la réponse coule de source. Alors quel est ce Dieu de Paul sinon un Dieu foncièrement pervers? A vouloir parfois trop démontrer on finit par écrire des non sens.

4 commentaires:

lolo a dit…

On ne voit plus le temps passé sur ce site, tellement tout est captivant...quelle belle générosité de nous partager vos connaissances gratuitement...
horoscope

TOURNESOL a dit…

La façon de traduire la relation
de l'être humain à l'Eternel (quel mot faut-il employer) est souvent source de malentendus...
Dans l'Ancien testament on a l'impression d'un Dieu vengeur, ce qui est totalement faux.
Le prophète met le peuple en garde contre ses propres actes car cette vie va les éloigner de la source qui leur a donné la vie et il y aura les conséquences de leur aveuglement....

C'est d'une simplicité totale ....
On est loin d'un Dieu qui engendre la peur. C'est plutôt un père qui nous met en garde contre nos égarements via son prophète...

Giboulee, a dit…

Bien sûr on peut lire comme vous le faites. Mais qu'en est il de celui qui n'y connaît rien et qui se lance dans la lecture de l'épître aux Romains...

C'est souvent en pensant à ces personnes là que j'écris. Mon oreille essaye de rester attentive à ces mots qui heurtent, qui donne même de Dieu un représentation fort loin de la miséricorde montrée par Jésus qui laisse tout le monde venir à lui et le toucher.

AlainX a dit…

Sans doute vaudrait-il mieux qu'il ne commence pas par les épîtres…
Cela me semble difficile de les lire sans connaissance du contexte historique…
Mieux vaut rejoindre des paroles de Jésus dans l'Évangile… Comme les paraboles du royaume… Suffisamment « parlantes »…