mercredi, novembre 23, 2016

Luc 17, 7-10: le serviteur qui n'a fait que son devoir.

Le dernier verset de cette petite histoire a longtemps été traduit par serviteur inutile ou serviteur quelconque, ce qui somme toute est peu agréable.

Le mot employé dans le texte pour dire serviteur est de fait le mot esclave et il est bien évident qu'un maitre attend que son esclave lui obéisse et n'a aucune reconnaissance envers ce dernier. L'esclave est là pour ça. Il suffit de penser à ces séries anglaises où l'on voit la place des domestiques.. Ils sont debout de 5h du matin à 23h le soir et jamais personne ne leur dit merci. Avoir le gite et le couvert, c'est bien assez!

En réfléchissant à ce texte, je me disais que Jésus à la fois parle de lui, lui qui est le serviteur, mais qu'il dit aussi, à ceux qui l'écoutent de ne pas se "glorifier" d'être ses disciples parce que lui est différent des autres rabbis. Certes lui il participe à des repas et y prend plaisir, lui il s'occupe parfois de leur fatigue, mais ils sont des disciples, point à la ligne.

En quelque sorte, même si Jésus est un maître qui semble différent, qui semble prendre soin de ses disciples il leur demande quand même des choses bien difficiles, en particulier de pardonner jusqu'à soixante dix sept fois sept fois. Il me semble qu'il essaye de leur faire comprendre que celui qui est appelé, n'a pas (pardon pour l'expression) à péter plus haut que son cul.. Ils sont comme tous les disciples qui ont choisi de suivre un maître. C'est sûr que si l'on pense que l'on est choisi par celui qui est le Messie, donc le nouveau Roi, il y a de quoi s'enorgueilleir.

SI on prend le texte, on peut comprendre que ce que Jésus demande donc à ses disciples, c'est d'une part de s'occuper le la moisson (l'évangélisation pourrait-on dire) : le travail au dehors dans les champs, et d'autre part, de s'occuper de lui (préparer le repas, et servir). Et  cela ce peut être le temps de la prière, de l'étude, de la contemplation. Tout cela c'est normal, il n'y a pas à se glorifier pour cela, d'autant que c'est ce que Jésus a pratiqué. En effet,  dès le début des évangiles, nous voyons Jésus enseigner, guérir (le travail au champ) puis passer la nuit avec son Père (prier, se nourrir de sa présence, de sa parole). En cela il nous montre ce qu'est le serviteur et il nous engage à faire de même.

Alors nous ne sommes peut-être pas des serviteurs quelconques, car Dieu nous connait par notre nom et nous a choisi, nous ne sommes peut-être pas des serviteurs inutiles, même si parfois nous pensons que d'autres pourraient faire beaucoup mieux, nous sommes juste des serviteurs. Finalement nous sommes dans l'intimité du maitre, et si nous sommes fidèles nous pourrons entre dans sa Joie. Et là nous ne serons plus des quelconques ou des inutiles, mais des amis.

Aucun commentaire: